jeudi 10 septembre 2015

L'ex-chaînon manquant

Après avoir parcouru mon « Pont vers l'Orient », un hindouiste (italien), intrigué, m'a contacté en m'exprimant son intérêt pour mieux comprendre notre « âme universelle » chrétienne... et, après les présentations, nous avons échangé quelques pensées « à voix haute », plus spécialement sur le Om Sacré, parce qu'il m'a demandé quelle signification chrétienne-ramirique particulière il a quand je le célèbre dans mes prières.
Pensant au fait que cette question pourrait idéalement être posée par de nombreuses autres personnes qui ne connaissent pas encore mon Église, je donne ci-dessous un résumé de ce que je lui ai dit à ce sujet.
Notre dialogue est parti d'un des concepts de base de l'Hindouisme, c'est-à-dire l'idée que le son est Dieu, et qu'il est l'origine des choses et des êtres... définissant un principe spirituel d'où est aussi tirée, par exemple, l'origine de la conviction que le « mantra », c'est-à-dire la répétition rituelle des affirmations de prière, est un son doté d'une énergie extraordinairement efficace pour « solliciter » la transformation intérieure.
Beaucoup considèrent cette conception religieuse comme inconciliable avec la théologie chrétienne, mais... comme je l'ai aussi fait remarquer à mon interlocuteur du jour... pour combler cette « distance » il suffit déjà de la lecture des premières paroles du très célèbre Prologue de l'Évangile de Jean « Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu » (Jn 1,1).
Le Verbe-Christ est en effet Parole divine qui, en tant que telle, est aussi son... et, ajoute Jean, « Tout a été fait par elle » (Jn 1,3).
« Eh bien - lui ai-je dit à un certain moment - si chrétiennement on reconnaît au Verbe-son divin ce rôle "créateur" de tout ce qui existe dans cette dimension... automatiquement on se met en lien non seulement avec la phrase "Dieu dit" répétée avec insistance dans la création divine racontée par la Genèse (Gen 1,1-25)... mais aussi avec le concept hindouiste du son divin qui est considéré comme étant à l'origine du cosmos et qui, justement, est le principe à la base de la célébration des mantras ».

« Mais pas seulement - ai-je ensuite ajouté - parce que cette affinité conceptuelle devient même "sonore" si on pense au passage de l'Apocalypse dans lequel le Christ est appelé l'Amen (Ap 3,14) ».
J'ai alors souligné pour mon interlocuteur que ce mot, Amen, a un parcours phonétique semblable au mot Aum... et que sa signification, « ainsi soit-il », évoque l'action divine primordiale du Christ, invoqué pour exaucer les prières grâce à Son pouvoir de Vie donné au bénéfice de l'humanité.
Même avec des prémisses théologiques différentes, il s'agit d'un « rôle » analogue à celui qui est rempli lors de la célébration du Om dans les prières hindouistes.

« Bien sûr - me dit-il - il est évident que ces définitions de Christ... le Verbe divin et l'Amen... comme signification et comme son sont proches de la façon dont nous, hindouistes, célébrons les syllabes sacrées Om et Aum ».
« En réalité - lui ai-je dit alors - pour moi il ne s'agit pas "seulement" d'un simple "voisinage" interreligieux.
Dans notre pensée spirituelle chrétienne-ramirique le Verbe-Christ, qui "était au commencement avec Dieu" (Jn 1,1-2)... est la Vie (Jn 14,6)... qui "vibre" dans les plans subtils de cette dimension avec un son divin et incessant, qui est justement Om... Om... Om... 
Il s'agit, dans un certain sens, du "battement cardiaque" du Sacré-Cœur de Christ, c'est-à-dire la "vibration cosmique" qui se répand dans cette dimension en faisant résonner partout la "voix" de la Vie divine.
Il est là, le "chaînon manquant" qui, grâce aux enseignements de Swami Roberto, ne l'est plus... et qui, dans la Pensée spirituelle d'Anima Universale, réunit aussi dans le Christ-Amen la Vie-Om qu'Il est dans cette dimension... en tant que manifestation divine du Père-Aum.

En d'autres mots - ai-je ensuite conclu - en célébrant le Om Sacré nous célébrons le Christ, c'est-à-dire l'Amen (Ap 3,14) "prononcé" par le Dieu éternel au bénéfice de chaque être qui, dans cette dimension, a besoin de recevoir le don de la VIE, pour parcourir la VOIE vers la VÉRITÉ de l'amour divin ».
C'est plus ou moins ainsi... et sur une amicale poignée de main... que s'est terminée ma rencontre d'aujourd'hui avec un hindouiste qui a transité sur mon « pont vers l'Orient ».

« Le Principe Divin 
est la Conscience du Tout…
C’est le Point de Lumière 
qui transcende 
cette dimension infinie,
en s'y répandant…
C’est la Conscience Parfaite 
avec Laquelle 
le Dieu Éternel imprègne
la réalité du temps et de l’espace,
ou le règne des formes
et des oppositions…
C’est le Christ, 
l’Immanent Principe Vie,
qui vibre infiniment OM. »
       (Swami Roberto)



Étape suivante :  La fleur de lotus  

Index de la page « Mes photos sur ma foi »