lundi 30 novembre 2015

Au commencement

Parmi les concepts religieux les plus largement partagés en Occident, un est « vieux comme le monde », et est présent transversalement dans les traditions juive, chrétienne et islamique :
Je me réfère à l'idée que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob a « créé » l'univers dans lequel nous nous trouvons.
Même si, au cours des siècles, le développement de la science a obligé les religions bibliques à réviser les anciennes doctrines cosmologiques, qui provenaient d’une interprétation littérale des premières pages de la Genèse... ce qui est en tout cas resté fondamentalement « à sa place », c’est le concept de la « création » divine qui, par exemple, n'a pas de difficulté aujourd'hui à « cohabiter » avec un des piliers de la biologie moderne... la théorie scientifique de l'« évolution des espèces »... parce que le regard religieux attribue de toute façon à la Volonté de Dieu cette « impulsion » initiale qui a permis à la forme de vie primordiale d’exister et ensuite d'évoluer.
Cela n’empêche pas, évidemment, que le sujet de la création puisse être observé, sur le plan religieux, selon différents points de vue, y compris celui, particulier, du Christianisme-ramirique... dont j'ai déjà commencé à vous parler dans le post « le temps passe, nous non ».
À cette occasion, j’avais mis, entre autres, en évidence que de nombreuses personnes ignorent que :
Le concept de « création à partir de rien » (création ʺex nihilo") est étranger à la culture biblique ancienne, tant il est vrai que dans les premiers versets de la Genèse on trouve 7 fois le verbe hébraïque bara', qu'on peut traduire par « créer », mais dans le sens de « transformer » une matière « brute » préexistante...
Et puis, la création à partir de rien est aussi étrangère à la logique de la pensée philosophique grecque, qui resta toujours fidèle à l'idée originaire éléatique qu'on peut résumer dans la locution latine « ex nihilo nihil fit » (rien ne vient de rien).

Je repars de là aujourd'hui pour mettre en évidence que, à l'insu de la plupart des gens, les premières « traces » de ce concept... étranger à la Genèse et étranger à la logique philosophique grecque... sont apparues pendant le deuxième siècle av. J.-C. quand, dans le deuxième Livre des Macchabées, il a été écrit  « Je t'en conjure, mon enfant, regarde le ciel et la terre, vois tout ce qu'ils contiennent, et sache que Dieu les a créés de rien, et que la race des hommes est arrivée ainsi à l'existence. »(2 Mac 7,28).
Ces paroles se trouvent dans un Livre qui, il convient de le rappeler, ne fait pas partie de la Bible hébraïque et est considéré comme apocryphe par le Christianisme protestant... et est ensuite devenu l’objet d'une élaboration théologique ayant « emprunté » à la philosophie le concept abstrait du « rien » (étranger à la culture biblique)... pour « créer » le nouveau concept de « création à partir de rien”.

Pour résumer : beaucoup aujourd'hui considèrent comme évidente, du point de vue religieux, la « création à partir de rien »... mais ce concept n'a rien à voir avec la rationalité philosophique grecque, et n'a rien à voir avec la foi exprimée dans l'ancienne vision biblique des origines de l'univers.

Souvent, quand j’ai l’occasion de parler de ces sujets avec les personnes intéressées pour approfondir la divine Connaissance du Christianisme-ramirique, je me retrouve face à des interlocuteurs qui restent surpris de ce que Swami Roberto enseigne par rapport à la création, justement parce que... avant de rencontrer Anima Universale... ils étaient habitués à considérer la création à partir de rien comme un des concepts « hors discussion ».

Quand ils découvrent qu’il n’en est pas ainsi, de nouveaux horizons de conscience spirituelle s'ouvrent alors devant eux. Ce sont ces horizons que ce matin j’ai revisités en lisant le livre « Ascoltando il Maestro » (« En écoutant le Maître ») dont j’ai extrait ce passage d'un enseignement plus large :

« Dieu ne crée pas… mais accouche de la Création, ce qui est un concept bien différent : cela signifie qu’Il manifeste ce qui a toujours existé en Lui. (…) Une fois que vous aurez compris comment dans l’Esprit de Dieu tout subsiste éternellement, vous comprendrez que vous aussi, vous existez depuis toujours comme Lui…
(Swami Roberto, "Ascoltando il Maestro", Vol.1 pag.118)

Ces paroles de Swami synthétisent l'un des passages qui normalement « désarçonnent » ceux qui ne connaissent pas encore la théologie chrétienne-ramirique concernant ces thèmes et aujourd'hui, tandis que je les relisais, il m'est revenu à l'esprit une « clef » que j'ai utilisée dans une rencontre il y a quelques années.
Je me rappelle que la personne en face de moi, à cause de sa formation religieuse traditionnelle, n'acceptait pas le concept de la “création” comprise comme « accouchement » de ce qui est en Dieu depuis toujours, jusqu'au moment où j’ai commencé à citer l'incipit du prologue de Jean :
« Au commencement, le Verbe existait déjà. Le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par lui et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans lui ».(Jn 1,1-3)

J'ai alors souligné que l'expression « Au commencement le Verbe existait déjà » (en grec “ēn archē ho ὁ Logos”) (Jn 1,1)... par laquelle débute l'Évangile de Jean... rappelle les paroles « Au commencement, Dieu créa » (en hébreu “bereshit bara' Elohim”)(Gn 1,1) par lesquelles débute la Genèse... et j'ai ensuite mis en évidence l'impact de ces versets évangéliques.
Je lui ai expliqué qu’en effet Jean, par ces paroles, avait corrigé théologiquement la Bible hébraïque, disant qu'avant la « création » du ciel et de la terre (« création », en outre, comme je l’ai dit auparavant, que le verbe hébraïque bara' désigne en réalité comme une « transformation »)... « au commencement » existait déjà le Verbe... c'est-à-dire le Christ... qui n'a pas été créé parce qu’Il existait déjà depuis toujours… Éternel de la même Éternité que Dieu... préexistant à la « création » de l'univers spatio-temporel.

L’évangéliste écrit que depuis l' « archē », c'est-à-dire depuis le commencement au-delà du temps, le Logos-Christ était avec Dieu... et « Tout a été fait par lui (le Logos) » (Jn.1,3) … alors c’est le même Jean qui nous parle de la préexistence idéale de la création « in mente Dei »... c'est-à-dire dans le Logos coéternel avec le Père.
Dans cette perspective théologique, avec la « création » Dieu a rendu manifeste ce qui était déjà, « en puissance », dans Son Logos... et Il a ainsi « accouché » de l’univers.

Ce sont donc les paroles du Prologue de Jean qui nous amènent vers ce plan conceptuel où nous avons déjà trouvé les paroles de Swami Roberto, qui nous parle de la « création » en nous disant
« Il (Dieu) manifeste ce qui a toujours existé en Lui ».

Je me rappelle que grâce à ce passage mon interlocuteur... qui évidemment avait besoin de trouver une confrontation dans les Écritures... commença à s' « approcher » des paroles de Swami Roberto qui avaient suscité ses interrogations, et que je vous ai rappelées aujourd'hui.

Imaginant que cette page puisse sembler un peu compliquée à certains, je me fais pardonner à présent... « en me sauvant » :-) avec une pensée de Swami.

« Dieu ne crée pas à partir du rien...  
Il Est le Tout.
Dieu ne crée pas l’espace... 
Il Est Omniprésent.
Dieu ne crée pas le futur... 
Il Est Omniscient.
Dieu ne crée pas le temps...  
Il Est Éternel Présent.
Dieu ne crée pas la Vie... Il Est Vie.
Dieu ne crée pas l’Amour... Il Est Amour.
Dieu ne crée pas la Lumière... Il Est Lumière.
Dieu ne crée pas l’homme... IL EST UN.
Dieu crée pour toi la liberté... 
Il Est Omnipotent. »
       (Swami Roberto) 


Et par rapport à ce UN... pour ceux qui veulent réfléchir encore un peu je suggère une « promenade » dans mes articles « Nous sommes Un » et « Au septième ciel ».



Étape suivante :  Foi « créative »      

Index de la page « Mes photos sur ma foi »