mercredi 16 décembre 2009

Les questions d’un étudiant...

Aujourd'hui j'ai rencontré un étudiant qui m’a posé quelques questions.
Je résume pour vous ma conversation avec lui :

Cristo nell'UomoQuand a commencé Anima Universale ?
Anima Universale a commencé en vérité le 9 avril 1963 avec la naissance de Swami Roberto, le porteur de la pensée spirituelle ramirique.
Du point de vue formel, l’Église Anima Universale a commencé à se constituer en 1984 avec la fondation de l'Association "Cristo nell'Uomo" (« Christ dans l'Homme »), née pour donner une forme juridique à la réalité constituée par l’ensemble des personnes qui se réunissaient pour participer aux prières guidées par le jeune Roberto.
Ensuite quelques-unes de ces personnes se sentirent la vocation de consacrer leur vie au Seigneur en embrassant la voie du sacerdoce chrétien-ramirique ; c’est ainsi que l’Église Anima Universale commença petit à petit à prendre sa forme définitive.

Qui sont les ramiriques?
Ce sont toutes les personnes qui se reconnaissent dans cette voie spirituelle et qui l’embrassent pleinement par le Baptême, parce qu’elles acceptent Anima Universale comme leur Église.
Anima Universale est donc l’Église des chrétiens-ramiriques.
Il y a aussi des sympathisants qui suivent Anima Universale avec amour et enthousiasme, même s’ils ne se sentent pas motivés pour recevoir le Baptême ramirique. Ce sont des personnes qui pensent utile pour leur croissance spirituelle de participer à nos rencontres de prière ou à nos initiatives de bénévolat, mais surtout de se confronter avec une pensée spirituelle différente de la leur.
Á Anima Universale les valeurs de l’amitié et du respect humain dépassent aussi les différences théologiques et elles permettent de travailler ensemble pour chercher ce qui unit plutôt que ce qui divise.

Comment considérez-vous les autres religions ?
Á partir de l’évidence que chaque individu a sa conscience particulière et sa condition spirituelle spécifique, il faudrait reconnaître à chacun le droit d’exprimer la forme de culte qu’il perçoit comme la plus en accord avec son être.
On ne respecte pas toujours ce droit fondamental de la personne. L’histoire et l’actualité aussi montrent que les guerres de religion et l’intolérance naissent souvent de ceux qui ont de la peine à admettre que les bons et les justes sont tels, quelle que soit leur religion.
Au contraire je pense que, quand le fidèle est sincère et cohérent, toute religion peut être un parcours pour arriver à Dieu, à la condition qu’il s’agisse d’une religion qui enseigne à respecter et à défendre le caractère sacré de la vie et donc à aimer le prochain.
C’est pourquoi Anima Universale respecte toute foi et ouvre ses portes vraiment à tous, même à ceux qui, tout en ne croyant pas, vivent avec honnêteté et pratiquent le respect et la solidarité et sont par conséquent proches de Dieu, peut-être sans le savoir.

Vous êtes donc favorables à l’œcuménisme ?
Oui, même entre ceux qui ne pensent pas de la même manière. Quand on limite l’œcuménisme au plan strictement théologique, on s’arrête sur des concepts de « tolérance » plutôt que de « respect », de « patience » plutôt que de « collaboration ».
Au contraire, l’Œcuménisme pratiqué par Anima Universale est fondé sur la valeur intrinsèque de chaque âme humaine... sur la relation de la conscience individuelle avec Dieu... sur la capacité d’aimer, de souffrir et de partager qui sont propres à chaque personne. C’est la voie pour faire passer enfin la spiritualité avant la religiosité, en dépassant les différences, l’hostilité et les ostracismes.
Je crois que le concept de spiritualité ne peut qu’être universel, dégagé de fermetures et partialité, capable de considérer les éventuelles différences d’opinion comme une opportunité de croissance à développer grâce au dialogue et non comme une source de préjugés et de violences.
En outre, l’œcuménisme authentique ne doit pas être confondu avec la « fraternité » facile entre ceux qui pensent de la même manière. Si on parle d' œcuménisme entre chrétiens uniquement, on contredit Jésus qui n’a jamais mis personne en marge.
Comment peut-on résumer la mission spirituelle d’un Ramia ?
Nous, les moines d’Anima Universale, sommes des Prêtres universels et nous nous mettons à la disposition du prochain et de ceux qui souffrent, sans aucune distinction religieuse. Notre mission consiste à être les instruments de notre Pensée spirituelle, qui aide les fidèles à respecter la vie sous toutes ses formes... à aimer le prochain sans discrimination... à mûrir dans la capacité à mettre en pratique un engagement moral quotidien dans tous les domaines de la vie sociale.


Rubrique :
« Le domande di... »
Article précédent : « Les questions de Giuseppe »

Article suivant : « Les questions de Francesco »