mercredi 16 juin 2010

Le « Port de l’Espoir »

Durant le voyage de la vie un des fardeaux les plus lourds à porter est celui des soucis.
Qui ne s’est jamais trouvé à régler ses comptes avec des soucis et des angoisses, dont trop souvent on se « pré – occupe »... c'est-à-dire qu’on « s’en occupe avant » le moment qu’on se prépare à vivre ?
Le temps encombré par les soucis est un temps volé à la sérénité... et à la vie.
Si on pouvait faire un calcul précis, on découvrirait qu’un très grand pourcentage de la souffrance éprouvée par l’âme humaine est causé justement par ces préoccupations « préventives », qui la plupart du temps ne correspondent pas à ce qui arrive effectivement.
Cela signifie-t-il alors qu’il faut être optimiste ? Pas du tout... il faut être beaucoup plus que cela !
Il faut être des hommes et des femmes de foi, animés par l’espoir, capables d’avoir des rêves, prêts à vivre pleinement le temps en ayant confiance dans les desseins providentiels de Dieu.

Comment peut-on dire en effet qu’on croit au Surnaturel, si on n’est pas capable de cultiver l’espoir dans son propre cœur ?
Celui qui donne l’hospitalité à l’angoisse et à la résignation... plus qu’à l’espoir... croit qu’il croit, mais en réalité il vit comme si Dieu n’existait pas : ainsi les soucis l’amènent à hypothéquer l’avenir en décidant que c’est un magasin bourré de fantasmes où il n’y a pas d’espace pour l’Amour Prévoyant du Père.

Je pense que le réveil de l’espoir est une des grâces les plus précieuses, un trésor inestimable qui permet à beaucoup de personnes qui souffrent de se réapproprier leur vie.
C’est justement là le miracle que je vois continuellement s’accomplir dans le Monastère d'Anima Universale, à Leinì, pour lequel aujourd'hui je ne trouve pas de définition plus appropriée que : le « Port de l’Espoir »