vendredi 17 juillet 2015

La serrure... et la clef

« Aïe aïe aïe! 
Souvent tu fais plus confiance
à tes sensations désagréables
qu'à Celui qui te libère du mal. 

No es bueno, muchachos ! »
       (Swami Roberto)

L'atmosphère souriante et « multiethnique » qui transparaît au travers de ces paroles de Swami me rappelle une récente « incursion en coup de vent » que j'ai faite dans le giron culturel de l’Extrême-Orient, dont j'ai ramené un proverbe japonais... « Ne sourions pas parce que quelque chose de bon est arrivé, mais quelque chose de bon arrivera parce que nous sourions »... qui évoque lui aussi l'importance de marcher sur le versant « ensoleillé » de sa propre existence.
En effet, juste pour rester au niveau du proverbe, nous savons tous l'importance de toujours regarder « le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide », dans une attitude qui de plus devrait être la « normalité » pour les croyants, eux qui... de plus... ont la possibilité de regarder la « plénitude » de Dieu, qui est bien au-delà de la « demi-mesure ».

« Le long de la voie de ta vie, au lieu de t’attendre seulement au pire,
l’attirant à toi par cette conviction, convaincs-toi plutôt que toute chose est possible pour qui croit.
La foi te conduit…
au-delà de toute limite. »

       (Swami Roberto)

Cette conviction, cependant, n'appartient pas à tous les croyants qui génériquement adhèrent à un « credo » religieux... mais plutôt à ceux qui ont, pour de vrai, confiance en Dieu.
C'est précisément cette confiance qui constitue l’âme de la foi évangélique qui « déplace les montagnes »... et celle-ci est bien exprimée également par le vocable hébreu Emunà utilisé pour définir, justement, une foi qui incorpore aussi en elle la confiance et va donc au-delà d'une simple profession de foi.
C'est seulement avec cette « respiration vitale » constituée par la croyance en Dieu qui garde toujours en elle un effectif « se confier en Lui »... que l'on dispose de la « clef » nécessaire pour ouvrir les « portes fermées » de ses propres initiatives existentielles.

« Tu es contraint de vivre dans la prison Karmique
que toi-même tu as édifiée,
et seul le Seigneur
en est la clef…
Il ouvrira les portes actuellement fermées, visibles et invisibles.
Ne perds pas confiance, surtout quand le monde
semble s'écrouler sur toi...
car si tu faisais cela,
tu serais une porte close sans serrure. »
       (Swami Roberto)





Étape suivante : « Caché »... dans notre intériorité   

Index de la page: En lisant « Swami Roberto sur FB »