samedi 12 mai 2018

Champ de vision

Ce matin... qui pour moi a été un peu différent des autres, vu qu'aujourd'hui c'est mon anniversaire :-) ... j'ai noté une phrase du philosophe Arthur Schopenhauer : « chaque homme prend les limites de son champ de vision pour les limites du monde ».
Tandis que je la lisais, il m'est aussi revenu à l'esprit un aphorisme oriental qui, même si c'est de façon moins « sérieuse », touche la même question en disant : « Une grenouille qui vit au fond d'un puits juge la vastitude du ciel par rapport au bord du puits ».

Or... si pour une grenouille vivre au fond d'un puits n'est pas un problème... pour les êtres humains, le « puits » d'une mentalité « étroite » est une limitation de laquelle il convient assurément de s'évader, pour aller vers ces espaces ouverts où se trouvent les expériences, les éléments de comparaison et les nouvelles informations qui permettent d'élargir ses propres horizons personnels.
Cependant, pour un croyant ce pas n'est pas encore concluant... parce que notre dignité spirituelle est pleinement respectée seulement quand... nous rendant compte que l'univers entier n'est rien qu'un immense « puits » enfermé dans les confins infinis de l'espace et du temps... nous réussissons à tourner aussi notre regard vers ce qui est au-delà.

Elle est là, l'extension décisive de notre « champ de vision » : celle qui nous fait orienter le temps de notre vie vers l' « éternel présent » de Dieu.